a a a Subscribe RSS Rene Teijgeler - LinkedIn

 

Un Bouddha volé retourne au musée de Kaboul grâce au soutien du British Museum

Volé au musée national de Kaboul

Published on 1 June 2011

Author(s): ArtClair

Type:  Nouvelles

« L’un de nos objets les plus précieux » déclare Omar Khan

Un Bouddha de l’art du Gandhara, volé au musée national de Kaboul puis détenu par un collectionneur privé au Japon, a pu être racheté par un marchand anglais pour être restitué à son pays, l’Afghanistan.

Tout cela grâce au soutien non pas financier mais moral du British Museum.L’oeuvre qui est à l’origine de cette complexe affaire est un Bouddha Gandhara, datant du IIe siècle environ et mesurant plus d’un mètre. Elle représente le Bouddha accomplissant un miracle, des flammes jaillissant de ses épaules et de l’eau coulant de ses pieds.

« L’un de nos objets les plus précieux » déclare Omar Khan Masoudi, directeur du musée national d’Afghanistan. Cette statue avait pourtant disparu depuis le pillage du musée dans les années 1990. Un marchand d’art anglais et anonyme l’a retrouvée.

Plus exactement, le Bouddha de Kaboul fut reconnu par ledit marchand, lequel essaya alors de persuader le propriétaire de restituer l’œuvre à l’Aghanistan. Mais, ce dernier refusa. Or, au Japon, aucune action n’est ouverte à l’encontre des propriétaires de biens volés. Le marchand anglais se proposa donc de racheter la statue. Sauf qu’au regard de la loi anglaise le fait de racheter une œuvre volée est constitutif d’une infraction pénale.

Le marchand anglais se tourne alors vers le directeur du British Museum, Neil McGregor, et le conservateur du département Moyen-Orient, St John Simpson, pour avis. Ceux-ci ont eux-mêmes dû solliciter plusieurs conseils juridiques pour parvenir à la conclusion que si c’était là le seul moyen de permettre le retour de l’œuvre la vente devait être autorisée. Il ne restait plus dès lors au marchand anglais qu’à convaincre le collectionneur japonais de lui vendre le Bouddha.

Finalement, le Bouddha Gandhara fut acquis grâce aux deniers personnels du marchand anglais. Jusqu’au 17 juillet, elle est présentée dans le cadre de l’exposition que consacre le British Museum à l’art afghan. Ensuite, le Boudha devrait réintégrer les collections permanentes du musée de Kaboul.

(Avec Guardian)

Back to previous page